La météo du Puy de Dôme, indice de sécurité pour un vol en parapente

Non, un ciel bleu n’est pas forcément suffisant pour bien voler en montagne. Soumis aux aléas météorologiques, et plus particulièrement à la force et la régularité du vent, le vol en parapente nécessite une surveillance drastique des turbulences.

Comment vole un parapente ?

Oubliez tout ce que vous croyez savoir : nul besoin de vent pour voler en parapente. Tout comme un avion, un deltaplane ou un planeur d’ailleurs ! En biplace ou solo, c’est la vitesse au décollage et le poids sous la voile qui permet de voler dans les airs. C’est ensuite l’écoulement d’air autour du profil d’aile qui va provoquer des forces aérodynamiques et prendre en charge notre propre poids.

Les conditions météorologiques pour voler en parapente

Un vent très fort, de la pluie ou encore des cumulonimbus sont autant de facteurs météorologiques qui combinent plusieurs dangers et nous empêchent de décoller en toute sécurité. En revanche, nous pouvons parfaitement voler en parapente sous un ciel bleu, nuageux et couvert, avec ou sans vent (en fonction de la force) !

Découvrez ci-dessous si nous pouvons voler aujourd’hui !

Pour déterminer la possibilité de vol du jour, trois critères sont nécessaires :

La nature des nuages

Les nuages d’orage ou les nuages porteurs d’averses nous obligeront à annuler les vols.


classification des nuages aeroparapente 

La visibilité

Le décollage et l’atterrissage doivent être hors du nuage puisque nous volons à vue.
Voici donc plusieurs webcam pour la visibilité au puy de Dôme.

La vitesse du vent et sa régularité

Dans cette page de prévisions, nous devons nous intéresser au vent en km/h à l’altitude du décollage. Ici, l’altitude en abscisse est exprimée en hectopascal : HPa (z850,z800,z700,z600…).
En atmosphère standard, la colonne z850 (850 Hpa) équivaut à 1500 mètres d’altitude. Cette altitude correspond donc à celle du puy de Dôme (1465m).

Nous connaissons maintenant la vitesse du vent à l’altitude du sommet dans une atmosphère sans relief. La vitesse réelle sera plus importante du fait de l’écoulement qui remonte la pente et qui s’accumule sur les crêtes.

Ainsi, entre 0 km/h et 15km/h, la vitesse à ajouter sera négligeable et les conditions de vent seront favorables pour voler avec un professionnel.

Entre 15 km/h et 20 km/h, la vitesse à ajouter sera en moyenne de 5 à 10km/h. Les conditions permettront de voler avec un professionnel si la prévision est exacte. Il faut alors surveiller les relevés en direct et leur historique. Dans cette configuration, le moment de la journée ou l’ensoleillement vont jouer sur la faisabilité. La probabilité de vols est plus réduite.

A partir de 25km/h, la prévision demande plus d’analyse. En effet, il faudra prendre en compte l’évolution des prévisions dans le temps, le moment de la journée, l’ensoleillement, la régularité du vent (rafales ou non) et le type de matériel. La probabilité de voler devient alors encore plus faible.